Et voilà, je viens de terminer mon joli sac chinois ! Il me tient sur l'épaule si... intimement qu'on dirait qu'il se colle à moi... Il va vite devenir un ami, c'est sûr ! Enfin, je vais pas me mettre à me confier à mon sac, je vous rassure... mais à le promener partout avec moi, ça oui !

Le symbole que l'on trouve dessus... on le trouve partout ici, en Chine : C'est le symbole de la longévité. Saviez-vous que c'est ce que cherchaient les premiers médecins chinois ? La vie éternelle ! Faut croire qu'ils y sont parvenus... Pour ce qui est de la longévité (!) car ici, pays où les conditions de vie et de travail sont... "ce qu'elles sont", disons-le politiquement correct, eh bien la durée moyenne de vie est égale à la nôtre (en France) !... Comme quoi, il doit bien y avoir un secret quelque part !?

DSC03074

La couleur du logo est fidèle, mais la suédine, en réalité est marron chocolat... pas grise !
(mais cela pourrait aussi être joli, en gris, non ?)

La  médecine traditionnelle chinoise est répandue et suivie par la population dans la manière de manger de chacune des régions : la cuisine chinoise ici est autrement bonne et variée par rapport à celle que nous croyons connaître en occident sous l'appellation de cuisine chinoise ! Par exemple, dans la région du Sichuan, le piment est dans tous les plats. La cuisine est tellement relevée que mon fils M. en a les larmes aux yeux rien que d'y penser (d'une il ne peut rien manger et de deux, le piment le fait pleurer instantanément !)... Eh bien, cette région est particulièrement humide et le piment aide le corps à vivre dans ce climat sans souffrir de cette humidité ! Cela explique pourquoi dans d'autres régions, la cuisine n'est pas relevée, comme celle de Shanghaï qui est, une chance pour notre famille, douce !... Visiblement, rien n'est laissé au hasard et la diététique du Tao a beaucoup à nous apprendre... Autre chose, ici, la médecine tradi est au coeur de la médecine générale ! Par exemple, à l'hopital, se cotoye le service de radiologie ou d'échographie avec le service des ventouses, de l'accupuncture ou de la pharmacopée chinoise... Tout est intégré au même endroit ! Le rêve... pas de compétition inter médecine... tout est utile au patient...

Bon, j'arrête et j'en reviens à mon sac. Cependant, vous observerez le noeud chinois... Et rien que ce noeud renferme une histoire !! Pour fabriquer un noeud chinois, il suffit de bien connaître l'histoire et de suivre le mode d'emploi !

DSC03075

Je ne résiste pas à vous conter : Alors, voilà : C'est l'histoire d'une famille chinoise (entendez le père, la mère, la fille et le fils... et une belle fille... Vous regardez votre main : vous avez, d'un côté quatre doigts ensemble... la famille et de l'autre le pouce : la belle-fille ! Si si... vous m'avez bien comprise ! Je continue... vous ferez vos commentaires plus bas !

Donc, le fils de la famille chinoise rencontre cette jeune fille et aimerait mieux la connaitre. Là, dans le même brin, vous avez fait déjà deux boucles qui se superposent ! La jeune fille, trouvant le garçon à son goût, veut se rapprocher. Vos brins se croisent, une boucle superpose l'autre boucle. Là, vous avez déjà quasiment magiquement obtenu un huit, genre de double symbole de l'infini qui signifie bohneur, amour et tout et tout...

Le père ne voyant pas se rapprochement d'un bon oeil, vient voir ce qui se passe. Un brin (un de ceux qui dépasse) passe au milieu du huit, là où au lieu d'un cercle, les brins forment un carré ! La mère souhaite elle aussi donner son avis sur cette alliance, passe également le brin (l'autre donc !) dans le même carré.

Là, si on s'y est bien pris... et donc, si les familles se plaisent... que la jeune fille a pris le temps de vérifier que le garçon lui plait vraiment (qu'il a une voiture, qu'il fera la vaisselle, qu'il est travailleur, qu'il a les mêmes valeurs : gagner de l'argent, ... "plaisante" ma conteuse)... alors, on obtient en reversant l'ouvrage, comme une sorte de nid ! Et oui, c'est magique... j'vous dis !

DSC03073

De ce nid... comme la vie n'est pas si facile, on fait sortir le brin du garçon... ce qui signifie qu'il va travailler pour gagner des sous, mais il revient toujours au nid, le brin est entremêlé aux autres, donc, on le prend et on le serre de l'autre côté puis on recommence avec le brin de la jeune fille, car elle dit au jeune homme de se reposer, que c'est son tour de sortir travailler pour gagner de l'argent... Et oui, ici, tout le monde travaille.. on ne connait pas le concept de la femme au foyer ! Je me souviens qu'en Bulgarie, une femme, bulgare m'avait posé la question de savoir si il était fréquent en France que la femme ne travaille pas et elle trouvait cela particulièrement étrange et inégal... bref... je reviens... aux brins...

Quand on a fini de faire tout cela, on obtient un noeud chinois particulièrement solide : entendez que le couple se tisse, doit travailler pour que les liens entre lui et la famille soient bons et que ça peut pas se faire tout seul... mais aussi qu'entre l'homme et la femme, les choses ne se font pas sans travail pour que tout se passe bien ! Mais on fait tout cela bien attentivement depuis le début pour que cela soit très solide au final !

Voilà, selon ma conteuse chinoise, quand on a fini d'apprendre à faire un noeud chinois, on a compris beaucoup de choses de la philosophie chinoise. Chaque fois qu'elle m'apprend à faire le noeud chinois, car j'oublie d'une fois sur l'autre comment faire... J'ai le droit à une variante de cette histoire, toujours aussi riche en philosophie de la vie : un régal et une bonne partie de rigolade !

Bref, monté sur le sac, finalisé... voilà ce que cela donne :

 DSC03463

 Là, le marron est plus fidèle à la véritable couleur de la suédine !

DSC03465

Promis, je n'ai pas mis ce bleu roi à l'intérieur... C'est un violet de chez violet mais impossible d'avoir la couleur exacte en photo, désolée !

DSC03464

Une petite couture dans les coins pour qu'il puisse porter du volume...

DSC03462

Et voilà : Un sac tellement léger que je ne le sens pas sur l'épaule...
Il épouse mon corps... sensuel, le sac ! Si si...